(Publicité)
 
Trois syndicats

23/02/2018

Négociations conventionnelles

Les syndicats entre espoir et colère

Après une séance en décembre qui avait laissé les syndicats sur leur faim, l’Uncam a fait le 16 février ses propositions de revalorisations et de plafonds. Le compte n’y est pas. Les syndicats oscillent entre espoir et colère.


FSDL : en colère
L’UNCAM met « un peu tout » dans ses chiffres, estime Patrick Solera. Pour le président de la FSDL, le différentiel est en réalité « négatif de 30 millions au détriment de la profession ». Mais, plus généralement, « la CNAM est incapable de nous proposer autre chose que l’an dernier. On est dans le même schéma et même pire que le règlement arbitral ». Avec le plafonnement de la couronne céramo-céramique à 410 €, « on entre dans la CMU pour tous. C’est un choix politique qui va entraîner des pratiques pas très vertueuses. C’est une aubaine pour les centres dentaires. On va tomber dans le “tout couronne” au détriment des soins. Pour compenser la baisse des honoraires, soit on fait du volume, soit on diminue la qualité en ayant recours à des laboratoires exotiques. Les praticiens iront vers des spécialités qui, pour l’instant, ne sont pas plafonnées. La dentisterie conservatrice sera réservée à une élite de praticiens déconventionnés » prévient le responsable syndical. « S’il n’y a pas d’amélioration, rester sur le règlement arbitral me fait moins peur qu’une nouvelle convention qui signifierait l’acceptation de ce système. Et puis, ce serait un moyen de réveiller la profession » juge Patrick Solera.

CNSD : à la recherche d’un équilibre
« Cette proposition est inacceptable » mais elle est « une base de discussion », estime Catherine Mojaïsky, en invitant chacun à ne pas se focaliser sur certains tarifs annoncés mais à examiner « l’équilibre d’ensemble ». Pour la présidente de la CNSD, il reste encore « beaucoup d’inconnus » comme la progressivité des plafonds sur 5 ans, des revalorisations à effectuer notamment en chirurgie et des améliorations à apporter sur la prévention. L’Assurance maladie doit aussi « démontrer ses chiffres car, comme toujours, on constate des erreurs ou des amalgames », poursuit la présidente de la CNSD.
La question de la répartition des actes prothétiques entre les 3 paniers reste aussi posée : « on n’a pas trouvé de solution ». La CNSD craint la « difficulté de compréhension » tant par les confrères que par les patients. « Notre objectif est de simplifier la répartition et de remonter les plafonds » mais « la clé d’un accord reste l’équilibre entre la part de baisse des tarifs liée aux plafonds et la part des revalorisations liées aux soins et aux nouveaux actes pris en charge ». La présidente de la CNSD croit un accord possible d’autant plus que le calendrier est moins serré que ce qui avait été anticipé. Le directeur de l’Assurance maladie « ne se sent pas tenu » par le calendrier de la ministre qui tablait sur « une fin de la négociation en avril ».

UD : sur le bon chemin
Pour Philippe Denoyelle, l’impression après la séance est « mitigée mais plutôt positive ». Le texte de l’Uncam n’est « pas acceptable en l’état », « il manque encore 100 à 150 millions d’euros… certains montants sont inférieurs à ceux du règlement arbitral… des efforts sont nécessaires sur différents actes et notamment la chirurgie ». Mais, sur un plan tarifaire, le panier « RAC zéro n’est pas irrecevable. La full zircone à 410 € nous paraît concevable », estime le président de l’UD. Et, avec le panier à honoraires libres, « tout un espace de liberté est préservé. C’est la compensation que nous voulions et qui n’existait pas dans le règlement arbitral ». Le périmètre de chaque panier doit toutefois encore être précisé. Mais « la discussion est ouverte et on est bien parti pour une solution acceptable », estime Philippe Denoyelle qui prépare ses contre-propositions pour la séance du 16 mars. Chacun doit bien garder en tête le contexte : « la question n’est pas de savoir si on est pour ou contre le RAC zéro ; il se fera. Le but est que l’accord soit le plus intéressant possible, pour les patients et pour les cabinets, et nettement mieux que le règlement arbitral ».


Consultez le document de séance du 16 février

Anne-Chantal De Divonne

Les dernières réactions

  • 09/03/2018 à 13:53
    BISSON BERTRAND
    alerter
    En lisant cet article, je ne peux pas m'empêcher de penser que les politiques ont une nouvelle fois eu le dessus et qu'à défaut de règlement arbitral nous en aurons un succédané...
    Quand aurons nous des représentants qui décriront la réalité de nos actes
  • 12/03/2018 à 09:47
    MICKEY
    alerter
    bonj
    je comprend votre réaction
    mais pourquoi ne pas faire vous même le job et devenir confrère ACTIF au sein du syndicat qui est le plus proche de vos idées...?
    CE SERAIT PLUS POSITIF

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous


(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...