(Publicité)
 
endodontie

09/04/2018

Négociations conventionnelles

Une signature bientôt en vue ?

Syndicats et assurance maladie sont entrés dans le vif du sujet, lors des séances des 5 et 6 avril puisqu'il s'agissait de statuer sur le montant des revalorisations, la prise en charge de nouveaux actes et l'investissement dans la prévention. Du côté des syndicats, l’heure est désormais aux consultations internes.

C'est une copie revue et corrigée que l'assurance maladie a présentée aux syndicats lors des séances de négociations conventionnelles des 5 et 6 avril derniers. Tandis que certains plafonnements de prix sont abandonnés, quelques revalorisations ont été concédées, de nouveaux actes inclus, certains actes de prévention renforcés tandis que les effets de cette convention pourront être réexaminés, grâce une clause de revoyure proposée. Par rapport à la version présentée le 16 février dernier, on note quelques avancées, notamment en ce qui concerne les actes d'endodontie qui bénéficient d'une revalorisation de 27 %, les soins prophylactiques (scellements de sillons) qui bénéficient d'une revalorisation de 10 à 15 % tout comme les soins chirurgicaux (avulsions de dents temporaires sur arcades et permanentes sur arcades (entre 17 et 23 % de revalorisation). L’avancée la plus spectaculaire a sans doute été d’accorder finalement une liberté tarifaire sur les couronnes céramo-céramiques et sur les couronnes en métal précieux et ce quelle qu’en soit la localisation Bien que la part du panier RAC 0 reste importante, sa composition, tout comme celle du panier RAC modéré ont été quelque peu revues et les plafonds rehaussés de 20 ou 30 euros tandis que de nouvelles prestations comme un supplément pour handicap mental sévère (100 euros par séance, avec ou sans Meopa), un autre supplément de 20 euros pour les soins chirurgicaux aux patients sous anticoagulant ou encore une consultation d'urgence de 8 à 20 heures (23 euros) sont ajoutés. Ces propositions qui engagent l'assurance maladie à hauteur de 1,1 milliard d'euros suffiront-elles à convaincre les syndicats à signer cet accord conventionnel en l’état ? Il reste qu’avant de décider si, oui ou non, ils signeront, les syndicats devront consulter leurs instances. La Confédération nationale des syndicats dentaires, dont la présidente, Catherine Mojaïsky, se félicite dans Les Echos, de la bonne posture des parties « pour sortir des postures », a ainsi convoqué un conseil d’administration confédéral extraordinaire, le jeudi 12 avril, pour débattre de ce projet conventionnel.

Marie Luginsland

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...