(Publicité)
 
Jean-François Tulasne

25/05/2018

Implant à la rencontre

À la rencontre de Jean-François Tulasne : un grand monsieur de la chirurgie maxillo-faciale

Élève de Paul Tessier, mondialement reconnu comme le maître de la chirurgie reconstructive maxillo-faciale, Jean-François Tulasne tire sa révérence après 40 ans passées au service de l’art chirurgical. Il nous livre sa vision de l’implantologie dans un style dépouillé et incisif…

Docteur Tulasne, quel est votre cursus et depuis combien de temps exercez-vous votre métier ?
J’ai fait mes études de médecine à Tours, puis ai été successivement interne, chef de clinique et praticien hospitalier au CHU de Nantes de 1970 à 1979.
Enfin, j’ai exercé en privé à Paris à partir de 1980 en association avec Paul Tessier, dans une spécialité de stomatologie avec compétence en chirurgie maxillo-faciale et en chirurgie plastique et reconstructive. Nous avons eu l’opportunité d’introduire le système Bränemark en France en 1984 avec Guy Huré après deux cours suivis à Göteborg en 1983.
J’ai posé mon premier implant ptérygoïdien en 1987… J’ai eu la responsabilité de prendre en charge des « gueules cassées » pendant la guerre Iran-Irak à Bagdad, puis à Téhéran dans les années 80-90 avec des reconstructions maxillo-faciales et des réhabilitations par implants de Bränemark.

Quel regard portez-vous sur l'implantologie avec votre recul ? Quelles sont vos certitudes ou vos doutes sur l'implantologie contemporaine concernant les domaines chirurgicaux ou prothétiques ? Un regard très critique… non pas évidemment sur les travaux de Bränemark qui, grâce à sa découverte de l’ostéo-intégration, ont révolutionné la dentisterie et plus généralement l’ancrage des prothèses faciales, auditives et des membres chez les amputés, mais sur le bien-fondé de la tendance actuelle à toujours vouloir faire plus vite, plus beau, plus simple, au détriment possible de l’efficacité à long terme.
Plus vite… Le patient est bien sûr heureux d’avoir des dents fixes le jour-même ; c’est parfois possible, mais ce ne sera jamais une erreur de le faire patienter les quelques mois nécessaires à l’ostéo-intégration. C’est au praticien et non au patient d’en décider. L’échec peut se payer cher. Par ailleurs, si les surfaces rugueuses ont permis d’accélérer nos traitements, elles sont en partie responsables de la perte secondaire d’un nombre important d’implants par péri-implantite, complication inconnue avant les années 2000. Les surfaces hybrides (lisses au collet, puis rugueuses jusqu’à l’apex) devraient nous permettre de retrouver la confiance que nous avions autrefois dans nos traitements implantaires (bridges pratiquement « à vie », passé le cap de la première année). Enfin, le désir de trouver des ancrages immédiats dans des conditions anatomiques défavorables conduit certains praticiens à utiliser des piliers solidaires de plaques vissées au contact de l’os, systèmes certainement stables pendant un certain temps mais qui ne sont rien d’autre que des implants sous-périostés dont on connaît les effets catastrophiques sur l’os à plus ou moins long terme.
Plus beau… L’esthétique est importante, et même essentielle dans le secteur prémaxillaire, mais la priorité reste l’ancrage des implants à long terme, et la recherche de l’esthétique ne doit pas compromettre les possibilités d’hygiène qui, elles, sont primordiales. Pourquoi faire des dents littéralement « collées » à la gencive (et ne permettant pas le brossage des piliers) dans les secteurs non visibles naturellement ? Dans le cas du maxillaire totalement édenté, les impératifs d’esthétique, d’hygiène et de phonation sont parfaitement assurés par un bridge amovible dans les cas où un bridge vissé laisse persister des fuites et ne soutient pas suffisamment la lèvre supérieure. Je n’ai pas de compétence en prothèse mais il me semble logique de préférer les bridges vissés aux bridges scellés : contrôle annuel des piliers, démontage facile en cas de fracture.
Plus simple… Nous sommes évidemment pour la simplification mais, là encore, pas au détriment de l’efficacité. Les biomatériaux (allogreffes, xénogreffes et autres) facilitent grandement la reconstruction osseuse mais leurs indications doivent être posées avec discernement. Si leur utilisation dans les greffes de sinus ou en interposition (inlay graft) donne régulièrement de bons résultats, la plus grande prudence s’impose pour les greffes d’apposition alvéolaire, en particulier verticales. Le souci légitime de simplification ne doit pas faire rejeter l’autogreffe qui offre les meilleures garanties de succès définitif.

Lire la suite dans le dernier numéro d'Implant

Michel Metz

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous



(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...