(Publicité)
 
Vapoter nuit à la santé de vos dents

La e-cigarette mise en cause dans l'apparition des caries

12/09/2018

Le vapotage nocif pour la santé dentaire

E-cigarette

Le vapotage est un adjuvant dans l'arrêt du tabac. Cependant les liquides de recharge des e-cigarettes font l'objet des réserves de la part des professionnels de santé. Une étude publiée le 7 septembre dernier a mis en évidence le potentiel effet cariogène des arômes sucrés de ces recharges.

L'article intitulé Potentiel cariogène des arômes sucrés des liquides pour cigarettes électroniques (par Kim et al.) a été publié par une équipe américaine dans la revue Plos-One. Elle étudie l'effet des aérosols produits par la cigarette électronique sur les dents. L'étude conclut que les aérosols ont des propriétés physico-chimiques similaires à celles des produits sucrés, des bonbons à la gélatine ou des boissons acides. Les données analysées suggèrent que la combinaison de la viscosité des e-liquides et de plusieurs classes de produits chimiques dans les arômes sucrés pourraient accroître le risque de potentiel cariogénique de ces produits.

Un nouvel effet secondaire à ajouter à la liste

Les e-cigarettes sont reconnues comme ayant des effets néfastes sur la santé des vapoteurs. Ainsi, une étude de 2015 (Allen et al.) démontre la présence de diacétyle parmi les composants chimiques des arômes des recharges. Or le diacétyle, lorsqu'il est inhalé après avoir été chauffé, est à l'origine de pathologies du système respiratoire pouvant aller jusqu'à nécessiter une transplantation pulmonaire. Une autre étude de la même année (Sussan et al.) démontre in vitro l'impact sur le système de défense anti-microbien respiratoire amenant à augmenter le risque de morbi-mortalité attribuable à des maladies pulmonaires virales chez la souris. Toujours en laboratoire, une troisième étude de 2016 (Yu et al.) a démontré l'altération des cellules épithéliales de la bouche et du poumon chez les vapoteurs, que le liquide utilisé contienne de la nicotine ou non.

Rapport bénéfice-risque de la e-cigarette versus le tabagisme nicotinique

Le recul est faible sur le vapotage pour estimer et lister les effets secondaires à moyen et long terme de cette pratique sur la santé des patients. Il est indubitable qu'il y a des répercussions sur la biologie et la biochimie de l'organisme ; cependant les études sur le sujet sont elles aussi parfois remises en question. Dans un article paru en décembre 2014 dans Preventive Medecine, les auteurs d'une revue systématique mettaient en avant qu'aucune conclusion définitive ne peut être tirée sur la non innocuité des cigarettes électroniques. Les résultats des 76 textes étudiés étaient souvent contradictoires ou au niveau de preuve insuffisant. De sérieux problèmes méthodologiques ont été identifiés et il n'y avait aucun suivi à long terme. Enfin, dans 34% des articles, les auteurs déclaraient un conflit d'intérêt sur le sujet.

En France, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), dans son avis du 22 février 2016, rappelle que les articles publiés "démontrent certes la non-innocuité de la vapeur de cigarette électronique mais ne permettent pas de comparer pour le moment les surrisques de morbi-mortalité attribuables à la consommation de tabac et ceux, potentiels, de la vapeur de cigarette électronique". Il rappelle que "en l'état, l'usage de la cigarette électronique reste un outil de réduction des risques et des dommages du tabagisme". Les recommandations officielles du HCSP, reprises par l'INPES (Institut national de prévention en santé), indiquent donc que la e-cigarette peut être considérée comme une aide pour arrêter ou réduire la consommation de tabac des fumeurs. La limite de cette considération est que le vapotage pourrait constituer une porte d’entrée dans le tabagisme, spécialement pour les jeunes. Enfin, l'implantation durable de ce produit sur le marché induit un risque de renormalisation de la consommation de tabac, compte tenu de l’image positive véhiculée par son marketing et sa visibilité dans les espaces publics.

Bibliographie

Kim SA, Smith S, Beauchamp C, Song Y, Chiang M, Giuseppetti A, et al. (2018) Cariogenic potential of sweet flavors in electronic-cigarette liquids. PLoS ONE 13(9): e0203717. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0203717

Pisinger C, Døssing M. A systematic review of health effects of electronic cigarettes. Preventive Medecine, décembre 2014.

Allen J. G., Flanigan S. S., LeBlanc M., Vallarino J., MacNaughton P., Stewart J. H., Christiani D. C. (2015). Flavoring Chemicals in E-Cigarettes: Diacetyl, 2,3-Pentanedione, and Acetoin in a Sample of 51 Products, Including Fruit-, Candy-, and Cocktail-Flavored E-Cigarettes. Environmental Health Perspectives, DOI:10.1289/ehp.1510185.

Sussan T. E., Gajghate S., Thimmulappa R. K., Ma J., Kim J.-H., Sudini K., Consolini N., Cormier S. A., Lomnicki S., Hasan F., Pekosz A., Biswal S. (2015). Exposure to Electronic Cigarettes Impairs Pulmonary Anti-Bacterial and Anti-Viral Defenses in a Mouse Model. PLoS ONE, 10(2), e0116861.

Yu V., Rahimy M., Korrapati A., Xuan Y., Zou A. E., Krishnan A. R., Tsui T., Aguilera J. A., Advani S., Crotty Alexander L. E., Brumund K. E., Wang-Rodriguez J., Ongkeko W. M. (2016). Electronic cigarettes induce DNA strand breaks and cell death independently of nicotine in cell lines. Oral Oncology, 52, 58-65.

HSCP, Avis relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique ou e-cigarette étendus en population générale. https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=541

Véronique Seignard

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...