couv_dyschromies

31/01/2019

Interview de Marie Clément et Clara Marcoux

Parution du Guide Clinique sur les Dyschromies dentaires

« Un traitement esthétique est la plupart du temps conservateur, il n’y a rien de plus réussi qu’une dent telle que la nature l'a faite. » À l’occasion de la parution de leur livre sur les dyschromies dentaires, rencontre avec leurs auteures Marie Clément et Clara Marcoux.

En quelques mots, pouvez-vous définir la problématique des dyschromies dentaires, et la situer dans le contexte de l’exercice professionnel actuel ?

Docteurs Marie Clément et Clara Marcoux : Les dyschromies dentaires correspondent à l’ensemble des anomalies de teintes, que les dents de nos patients soient trop foncées ou qu’elles présentent des tâches disgracieuses (fluorose, tétracycline, MIH etc.). Ces imperfections, parfois très visibles au niveau des dents antérieures, peuvent poser un réel problème esthétique.

Le sourire a en effet un rôle clef dans la confiance en soi et le rapport à l’autre à l’heure actuelle. Les chirurgiens-dentistes d’aujourd’hui sont, de ce fait, de plus en plus confrontés à cette problématique : répondre rapidement et clairement aux questions de nos patients qui sont demandeurs de solutions esthétiques pour corriger ces défauts, tout en restant le plus conservateur possible.

Dès le début du livre, vous mettez en perspective la demande esthétique des patients et votre volonté professionnelle d’un traitement le plus conservateur possible : comment résoudre cet apparent paradoxe ?

Pour répondre à la demande esthétique de nos patients tout en respectant au maximum l’intégrité tissulaire des dents, il suffit de poser un diagnostic précis, de comprendre l’origine de la dyschromie, et de savoir quelle couche dentaire est atteinte. Il faut avoir à l’esprit le gardien thérapeutique des traitements adaptés à l’anomalie à corriger, et écarter d’emblée ceux qui n’ont aucune chance de fonctionner. C’est ensuite une discussion avec le patient, en général très sensible à la solution la moins délabrante. Un traitement esthétique est la plupart du temps conservateur, il n’y a rien de plus réussi qu’une dent telle que la nature l'a faite.

Quels sont les 3 conseils que vous donneriez à un confrère qui souhaite se former à la prise en charge des dyschromies dentaires ?

Nous lui conseillerions dans un premier temps de ne pas se précipiter et d’observer les dents au maximum.
Ensuite, il est intéressant de s’équiper de quelques outils simples mais essentiels tels qu’une micro-sableuse, le kit d’érosion infiltration ICON, un système adhésif performant, des composites de stratification, des digues…
Enfin, et c’est peut-être le conseil le plus précieux, de ne pas se lancer dans un traitement sans connaître l’origine de la dyschromie et ses solutions adéquates : il risquerait soit d’être trop délabrant, soit de ne pas avoir un résultat esthétique réussi.

Propos recueillis par Emmanuelle Lionnet

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...