Implant n° 3 du 01/09/2011

DOSSIER CLINIQUE

Éric Schneck*   Bernard Chapotat**  


*DU d’implantologie et de chirurgie maxillo-faciale
13, rue Dugelay
69250 Neuville-sur-Saône
**Diplomé d’enseignement et de recherche en Biologie humaine
DU d’implantologie et de chirurgie maxillo-faciale
Ancien Assistant des Universités

Dans l’ensemble des systèmes implantaires, il existe deux systèmes de connexion à deux étages entre la suprastructure et l’implant : les systèmes à emboîtement parallèle (également appelés « à joint plat ») et les systèmes à interface conique. Ces derniers, fondés sur l’emboîtement de deux cônes normalisés, apportent une augmentation maximale de la surface de contact entre les deux pièces, ce qui évite les micromouvements et assure ainsi une plus grande stabilité de la connexion pilier-implant. Le cône morse permet aussi une meilleure répartition des contraintes et une distribution optimale des forces sur l’os péri-implantaire.

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...