Journal de Parodontologie & d’Implantation Orale n° 03 du 01/09/2010

Article

Frédérique RICHOU*   Pierre CANAL**   Paul TRAMINI***   Philippe GIBERT****  


*Chirurgien-dentiste
**PU-PH
***MCU-PH
****PU-PH
*****UFR d’odontologie, Montpellier

Résumé

Les objectifs de cette étude étaient de connaître l’opinion des praticiens sur la technique de la distraction alvéolaire, en plein essor.

Un questionnaire a été adressé à des praticiens français ainsi qu’à des auteurs de publications récentes. Le taux de réponses obtenues par courrier a été de 66,67 % et, par courrier électronique, de 37,5 %.

La majorité des praticiens interrogés ont pratiqué des distractions alvéolaires à la fois au maxillaire et à la mandibule, le plus souvent à l’aide de dispositifs extra-osseux. Les indications de choix de la technique pour les praticiens sont la correction d’un défaut osseux vertical ainsi que d’un défaut osseux associé à un défaut des tissus mous. Les problèmes les plus fréquemment rencontrés sont liés au dispositif, mais 80 % des praticiens interrogés ont obtenu un taux de succès de l’implantation à long terme supérieur à 90 % ; ils estiment à 73 % que la distraction alvéolaire est une technique d’avenir.

La distraction alvéolaire reste à ce jour complexe et lourde, avec des résultats peu prédictifs, mais le recul clinique et l’évolution rapide des dispositifs ouvriront la voie à de nouvelles indications pour cette technique fort prometteuse.

Summary

The purpose of this study is to know the opinion of the practitioners on this expanding technique.

A questionnaire was sent to French practitioners as well as to authors of recent publications. The rate of answer obtained by mail was 66.67 % and 37.5 % by e-mail.

The majority of the questioned practitioners practised alveolar distraction in the maxilla and in the mandible, mostly by means of extra-osseous devices. Distraction osteogenesis is generally indicated in cases of vertical bone deficiency and alveolar defects combinated with limited attached mucosa. Most of the complications are due to distraction devices. Eighty percent of the practitioners had an implant success rate higher than 90 % on long-term follow up, and 73 % consider alveolar distraction a promising technique.

Alveolar distraction osteogenesis is still a complex technique, with little predictable results, but future experimental studies and the improving of the distractors will certainly allow new indications for this promising technique.

Key words

Distraction osteogenesis, oral implant, alveolar ridge augmentation, surgical complications, vector control, bi-directional distraction, onlays grafts

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr

Articles de la même rubrique d'un même numéro

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...