Édouard Philippe

15/02/2018

« Transformation » du système de santé

Les 5 grands chantiers d’Edouard Philippe

Le Premier ministre a donné, le 13 février, le coup d’envoi d’une transformation du système de santé structuré autour de 5 grands chantiers : la qualité et la pertinence des soins, les modes de financement et les rémunérations, le numérique en santé, les ressources humaines et l’organisation territoriale. Pour conduire cette grande réforme qui ne laisse que 3 mois à la concertation, une enveloppe de 100 millions sera allouée chaque année.

Voici les principales mesures :
Pour mieux prendre en compte la qualité des soins et la pertinence des actes, la HAS doit proposer « des indicateurs de qualité des parcours » sur dix pathologies les plus fréquentes parmi lesquelles le diabète et l’insuffisances rénale. La satisfaction des patients sera « systématiquement mesurée ». Les établissement mèneront régulièrement des enquêtes auprès des personnels sur leur perception du service rendu aux patients.

Nouveau modèle de financement
Autre chantier pour le Premier Ministre, une réforme en profondeur du financement des soins. Une « task-force » pilotée par Jean-Marc Aubert, directeur de la Drees et placée auprès de la ministre de la Santé travaillera en concertation avec les professionnels de santé pour proposer d’ici fin 2019 « des modèles de financement nouveaux » qui prennent en considération les logiques de parcours de soins, de prévention et de qualité des soins. Ces évolution doivent concerner « tout le monde, y compris la médecine de ville pour laquelle la différenciation des modes de rémunérations doit s’accélérer ». Le financement des soins sera assuré à hauteur de 50 % au maximum de tarification à l’activité. Les nouvelles formes de rémunération concerneront l’autre moitié de la rémunération. Ces évolution doivent concerner tout le monde, y compris la médecine de ville.

E-santé
Une mission « E-santé » va coordonner les actions conduites par le ministère en matière de numérique en santé. Trois objectifs seront poursuivis : permettre aux patients d’accéder en ligne à l’ensemble de leurs donnée, dématérialiser les prescriptions et simplifier le partage de l’information entre tous les professionnels de santé. Les syndicats et l’Assurance maladie vont déterminer les conditions de réalisation et de tarification des actes en télémédecine.

Numerus clausus
Une réflexion « sans tabou » sur le numerus clausus sera conduite. Suppression, augmentation, variation du NC : aucune solution n’est a priori écartée. La seule certitude du Premier Ministre est « que le profil des étudiants en santé mérite d’être diversifié et leurs études décloisonnées. » Des mesures législatives sont attendues au début de 2019. Le rapport de Loïc Vaillant sur le « service sanitaire des étudiants en santé » qui doivent exercer des missions de prévention dans les écoles et les collèges sera rendu public bientôt. Des mesures suivront.

L’exercice isolé : une exception
Dernier chantier, l’organisation territoriale : « l’exercice isolé doit devenir l’exception », a affirmé le Premier Ministre. Et pour lui, c’est aux professionnels de santé d’organiser la continuité des soins, l’accès au premier recours. Le bon parcours du patient doit être « au centre des organisations, pour tous les professionnels ». Des expérimentations là encore « sans tabou » sur le parcours du patient seront lancées dans 3 à 5 territoires d’ici la fin de 2018 après appels à projets. Edouard Philippe veut aussi « alléger au maximum le carcan administratif ». Une vaste mission de simplification va être lancée « sans délai » et concernera l’ensemble des acteurs de santé.

Anne-Chantal de Divonne

Les dernières réactions

  • 24/02/2018 à 11:51
    Sourire
    alerter
    Sans oublier de faire payer le patient directement au laboratoire de prothèse dentaire pour son dispositif médical sur mesure réalisé par ce dernier, le praticien quantifiant avec précision ses actes cliniques de l' anamnèse à la pose de la prothèse.
  • 03/08/2018 à 01:03
    REVOLTEE
    alerter
    Monsieur Edouard Philippe,
    Il faut faire quelque chose pour que les patients puissent s'exprimer sans sanction sur la qualité des soins délivrés par un dentiste. Il y a trop d'abus dans cette profession et Dentexia est un scandale mais combien de gens ne s'expriment même pas. Des soins dentaires extrêmement douloureux détruisent la vie d'une personne et en fait une charge pour la sécurité sociale. Je suis victime de soins extrêmement douloureux (colle acide et toxique sur dents et gencives) alors que je consultais pour une carie et un détartrage et je mène un combat écoeurant contre une dentiste comme si elle était le Président de la République, elle est intouchable malgré les preuves. Nos institutions ne nous protègent pas et je ne peux en dire plus par crainte de représailles (diffamation.....) ! J'espère un jour pouvoir m'exprimer dans la presse et que d'autres personnes le fassent également ! Mon pays me déçoit, vous faites des lois qui ne sont pas appliquées : consentement éclairé ! J'ai beau dire que je n'ai pas été informée, tout le monde s'en fiche malgré les preuves. J'ai fini dans un hôpital psychiatrique (coût 800€/jour pendant 3 semaines !) et tout cela à cause de soins dentaires ignobles : des brûlures dans la bouche à ca

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous


Les résultats du jeu concours
organisé par la revue Clinic
pour gagner 3 brosses à dents
ORAL-B GENIUS X

Clinic concours oral b résultats pallatin
Découvrez les 3 gagnants !


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...