Burn-out

05/04/2018

Burn-out

Plus d'un chirurgien-dentiste sur trois est en burn-out

Selon une enquête du Conseil national de l'Ordre des chirurgiens-dentistes, plus d'un praticien sur trois se déclare en burn-out. Un résultat alarmant qui pousse l'instance ordinale à prendre des mesures de prévention.

La profession est sous le choc. 2 378 chirurgiens-dentistes sur 6 783, soit 35 %, reconnaissent être en état d'épuisement professionnel, ou « burn out ». Ce constat effrayant émane d'une enquête menée par le Conseil national de l'Ordre des chirurgiens-dentistes avec la collaboration de l'Académie nationale de chirurgie-dentaire (ANCD) dont les résultats viennent d'être publiés dans la lettre mensuelle de l'instance ordinale2.

La surcharge de travail est la première cause exprimée. Ces omnipraticiens exercent en grande majorité (89,4 %) en libéral et prennent en charge pour 58,2 % d'entre eux, 50 à 100 patients par semaine. 11,7 % voient entre 100 et 150 patients par semaine et 2,8 %, plus de 150 patients ! Le stress est également un facteur important. La quasi-totalité des chirurgiens-dentistes affirme être confrontée à des situations stressantes dans le cadre professionnel : complexité technique et relation avec le patient. Enfin, les mauvaises relations avec l'administration (organismes sociaux, juridiques et financiers) sont évoquées comme facteur de mal-être par deux chirurgiens-dentistes sur trois ! L'impact de cet épuisement sur leur état de santé n'est pas négligeable puisqu'au cours des cinq dernières années, près d'un tiers a été contraint d'interrompre son activité professionnelle pour des raisons de santé. Cependant, plus de la moitié des praticiens a renoncé à cesser de travailler alors que son état de santé le nécessitait. Plus inquiétant encore, parmi ces confrères se déclarant en « burn-out », 14 % avouent avoir des pensées suicidaires.

Devant l'ampleur et la gravité de ces signaux, le Conseil national de l'Ordre des chirurgiens-dentistes est décidé à agir d'urgence. Une plateforme téléphonique d'aide aux praticiens en détresse devrait être mise en oeuvre en partenariat avec l'ensemble des Ordres de santé. Parallèlement, le Conseil national de l'Ordre des chirurgiens-dentistes annonce qu'il s'engagera dans une politique de prévention.


1 - 6 783 répondants sur 34 455 chirurgiens-dentistes auxquels un mail a été adressé en novembre 2017. 0,9 % sont spécialistes en médecine bucco-dentaire, 1,6 % en chirurgie bucco-orale et 5,5 % en orthodontie dento-faciale. Près de la moitié exerce en cabinet individuel, un quart dans un cabinet de groupe et 13,8 % dans un centre dentaire. 51,9 % se situent en zone urbaine, 24,1 % en zone rurale. Questionnaire sur la base du test d'inventaire du burn out de Maslach (MBI).
2 - Lettre N° 166 avril 2018.

Marie Luginsland

Les dernières réactions

  • 23/09/2018 à 00:24
    Anastasia
    alerter
    Bonsoir
    Je découvre votre site, le sujet est plus que préoccupant. J'ai déjà fait un brun out avec cristaux
    oreille interne, douleurs cervicales et fourmillements membres supérieurs, car trop de stress, d'administratif, de contrôle et de pression, pourtant je suis aidée. Je recommence à être stressée car un
    associé n'est plus qu'a mi temps et un très bon collaborateur change de région. STRESS....
    Le manque de remplaçants est réel et la reconnaissance inexistante.
    Merci d'informer ce fléau anormal.
    Avec tout mon respect.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous


Les résultats du jeu concours
organisé par la revue Clinic
pour gagner 3 brosses à dents
ORAL-B GENIUS X

Clinic concours oral b résultats pallatin
Découvrez les 3 gagnants !


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...