11/10/2019

FLUOR

Redonner au fluor sa place dans la prévention

Malgré les preuves scientifiques, l’invasion de « fake news », et la vague de dentifrices bio, voire « faits maison », ont remis en question l’intérêt et l’efficacité du fluor pour lutter contre la carie. 

L’UFSBD demande une réactualisation des recommandations sur le fluor et souhaite mener un travail de pédagogie pour le réhabiliter.

« Les professionnels de santé publique doivent s’emparer des nouveaux médias pour faire apparaître le consensus scientifique » qui existe sur le fluor, a lancé Nolwen Le Pourriel, chirurgien-dentiste au centre hospitalier de Mayotte, lors du colloque organisé le 4 octobre au ministère de la Santé, par l’UFSBD, pour « rétablir les vérités » sur le fluor. Comme les vaccins, le fluor est attaqué par les « fake news ».

À tel point qu’aux États-Unis, une chercheuse de Harvard a établi que la très grande majorité des publications sur les réseaux sociaux est opposée à l’introduction de fluor dans l’eau potable. Dans les médias grand publics, 85% des publications sont neutres vis-à-vis de la fluoration de l’eau. Pour étayer leurs propos, les détracteurs du fluor reprennent des informations plus ou moins scientifiques, les déforment et en font des vérités, analyse la praticienne.

Pourtant, que reprocher au fluor ? Une enquête du comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (CSRSE) de la Commission européenne conclut à l’impossibilité d'établir des liens clairs entre le fluorure et le cancer des os, ou d'autres risques suggérés par les détracteurs tels que des effets neurologiques ou reproductifs.

En réalité, le risque d’une surexposition au fluor aboutit, au pire, à une tâche inesthétique sur la dent appelée fluorose dentaire. Un symptôme sans commune mesure avec ceux de la fluorose osseuse qui est une maladie professionnelle des travailleurs du fluor. Pour comparer, il faudrait ingérer 15 à 30 tubes de dentifrice pour connaître une exposition comparable.

Rôle majeur en prévention

Études scientifiques à l’appui, Sophie Doméjean, PU-PH à l’Université de Clermont-Ferrand a affirmé que le fluor est « un acteur majeur de la prévention ». Apporté de manière topique, il a à la fois un rôle de « reminéralisation et d’antibactérien ».

Pour être efficace, la teneur en fluor du dentifrice doit être au minimum de 1000 ppm. Chez les jeunes de moins de 6 ans, il s’agit donc veiller à « agir sur la quantité » de pâte fluorée utilisée à chaque brossage afin d’écarter le risque de fluorose, ajoute Michèle Muller-Bolla, PU PH à l’Université de Nice. Pour les enfants à risque carieux élevé, la concentration en fluor peut même être relevée dès 2 ans et portée à 1400 ppm dès 3 ans.

À partir de 6 ans, il est recommandé d’utiliser un dentifrice à 1400ppm. Et ce niveau peut être relevé pour les personnes à risques. Autre recommandation : recracher le dentifrice en excès mais sans rincer la bouche après brossage. « Le fluor va ainsi agir à distance des repas », explique le professeur d’odontologie pédiatrique qui préconise au minimum 2 brossages par jour - l’idéal étant 3 - pour maximiser le temps d’exposition au fluor.

En cas de risque carieux élevé, le chirurgien-dentiste peut applique un vernis à 20600 ppm minimum qui est plus efficace qu’un gel professionnel (5000 à 12300 PPM).

« Il est temps de faire évoluer les recommandations » de l’Afssaps, a lancé Sophie Dartevelle. La présidente de l’UFSBD demande aussi d’inscrire les dentifrices fluorés dans la catégorie des produits bénéfiques pour la santé. Cette responsable est consciente de « l’énorme travail de pédagogie » en faveur à mener vers le grand public, les institutionnels et les professionnels de santé.

Compte tenu du développement de la maladie carieuse, renforcer l’exposition au fluor est le « seul moyen réaliste de réduire le fardeau de la carie », affirme Benoît Varenne, responsable de la santé orale à l’OMS. Mais le recours au fluor « n’évitera pas de s’attaquer aussi à la cause des maladies carieuses » : le sucre. Un combat qu’il apparente à celui du tabac.

Anne-Chantal de Divonne

Sur le même thème

Les dernières réactions

  • 13/10/2019 à 15:03
    PHILIPPE LEVY, omnipratique
    alerter
    Ce n'est quand même pas trop tôt de reconnaître et dire haut et fort que le fluor occupe la première place dans le domaine de la prévention des caries !
    Exerçant en cabinet depuis plus de cinquante ans, et ayant soigné plus de 18500 patients, j'ai pu constater que tous les jeunes que j'ai supplémenté en fluor ( zymafluor ou autres) dès leur plus jeune âge , ne présentaient, à l'âge adulte, pas ou presque pas de caries. Ce qui n'est pas le cas des autres pour lesquels les parents ayant eu peur du fluor, parfois même déconseillé per leur pédiatre , ne leur en avaient pas donné.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...