03/11/2020

Les cabinets dentaires non confinés

« Lors du confinement précédent, l’insuffisance de matériel de protection avait amené la profession à restreindre son activité aux seuls actes d’urgence et à organiser une permanence de soins régulée, la situation n’est plus la même aujourd’hui » (Les CDF).

Les CDF soulignent ainsi la différence avec le premier confinement dans sa campagne d’information sur les réseaux sociaux dès le week-end dernier, invitant les patients à « assurer la continuité des soins » et à « ne pas saturer les urgences ». L’Union dentaire a également mis à disposition sur son site deux affichettes (avec un visuel masculin et un visuel féminin) afin de « rassurer les patients » et « leur indiquer que vos cabinets restent ouverts pendant le confinement ». La FSDL appuyait elle aussi sur l’indispensable continuité des soins et la rigueur de la profession.

Les conseils de l’ordre des 7 professions médicales et paramédicales ont lancé un message similaire en début de semaine. « Les cabinets et les officines restent ouverts et chacun, dans leur champ de compétences, assurent les soins de premier et de second recours en présentiel ou dans le cadre de la téléconsultation, du télésoin et des soins à domicile, ont-ils écrit dans un communiqué. Devant l’inquiétude légitime de certains patients fragiles à se déplacer, les professionnels de santé de ville assurent la population de la qualité de la prise en charge dans des conditions optimales de sécurité sanitaire respectant les recommandations professionnelles et les mesures de protection de leurs patients ».

Pour les chirurgiens-dentistes, il s’agit des mêmes recommandations que celles mises en place à la sortie du confinement en mai dernier qui avait été coordonnées par l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. « Aujourd’hui, les cabinets dentaires ont pu réaliser un stock d’équipements de protection individuels nécessaire pour suivre les recommandations de bonne pratique » estime ce dernier. Le dispositif d’approvisionnement des masques FFP2, disponibles en pharmacie, issus du stock national, a par ailleurs été prolongé.

« La situation n’a rien à voir avec celles du printemps car nous disposons d’équipements de protection en quantité suffisante, confirme Thierry Soulié, président des CDF. Les cabinets ont été prévoyants et ont fait du stock d’un ou deux mois d’avance. Nous avons aussi été attentifs à ne pas assécher les stocks chez nos fournisseurs afin que tout le monde puisse disposer de la même quantité ». S’agissant des assistantes dentaires, elles bénéficient naturellement des mêmes équipements de protections que les praticiens. C’est seulement si elles sont dans une des situations de vulnérabilité, fixées par décret, qu’elles peuvent être placées en activité partielle sur prescription médicale, par exemple, si elles sont au troisième trimestre de grossesse. L’UNPPD a également confirmé que les laboratoires de prothèses dentaires continuent à travailler.

« Les chirurgiens-dentistes ont toujours soigné tous les patients et nous saurons prendre en charge tous ceux qui en ont besoin avec toutes les mesures de précautions nécessaires y compris pour les plus fragiles, souligne Thierry Soulié. Pour autant, les personnes vulnérables qui doivent éviter autant que possible les déplacements peuvent effectivement remettre de quelques semaines des soins non urgents comme un détartrage simple, qui n’est pas lié à un diabète ou à un problème parodontal, ou une consultation de contrôle ». Des précautions de bon sens.

Véronique Hunsinger

Réagir à l'actualité

Pseudo :




La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...