Titre de l'image

02/11/2021

CONSERVER AVEC UNE ATTEINTE PARODONTALE SÉVÈRE

Confronté à une atteinte parodontale sévère, le choix entre conservation ou extraction se pose. L’option d’extraire et d’implanter représente souvent une solution plus simple et plus rémunératrice, mais aussi plus sécurisante pour le patient. Pourtant, la conservation des organes doit rester une priorité, d’autant plus que les traitements parodontaux donnent des résultats efficaces et stables dans le temps, même dans les situations avancées. Démonstration par Philippe DOUCET.

Chez les patients qui présentent des parodontites sévères, la situation initiale est souvent peu engageante pour tenter la conservation car le praticien est confronté à une pathologie avancée qui associe souvent mauvais contrôle de plaque, inflammation, alvéolyse sévère, gingivorragies, suppurations, mobilités importantes, migrations dentaires secondaires et autres séquelles.

Le traitement des parodontites sévères et de leurs conséquences, qu’elles soient infectieuses, douloureuses, esthétiques ou fonctionnelles, doit être envisagé selon un gradient thérapeutique qui va privilégier les traitements les plus conservateurs.

Dans ces situations, la principale difficulté pour le praticien réside dans la capacité à analyser :

- le pronostic de chaque dent : pour ne pas extraire une dent qui serait conservable mais également pour ne pas se lancer dans un traitement impossible ;

- la possibilité d’intégrer chaque dent dans une prise en charge globale : pour ne pas commencer le traitement d’une dent conservable sur le plan parodontal mais dont la préservation dans l’optique d’un plan de traitement global est compromise.

CONSERVER EN PARO 

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info
Je m'inscris

Pour visualisez la lettre d'info Cliquez ici