Titre de l'image

18/09/2021

m Oral Health : améliorer l'information en santé orale grâce au numérique 

Utiliser les téléphones portables pour envoyer des messages de santé et développer la télémédecine, tel sont les objectifs de l’OMS, qui lance ce lundi son programme mOral Health.

« Dans le monde entier, tout le monde n’a pas forcément l’eau potable, mais nous sommes tous joignables par téléphone portable », souligne le Dr Nicolas Giraudeau, MCU-PH à la Faculté d’Odontologie et au CHU de Montpellier et Président de la Fondation de l’Université de Montpellier. L’OMS lance depuis 2012 des programmes en lien avec les téléphones portables, afin d’améliorer la santé des populations. « L’OMS propose des outils que les États membres peuvent ensuite implémenter dans leur pays avec leurs propres moyens. Le but est de les encourager afin que le numérique améliore l’information sur la santé orale », développe-t-il.

« Nous allons servir de tube à essai pour ce programme à l’échelle du Grand Montpellier, indique le Dr Giraudeau. Nous faisons depuis 6 ans de la télémédecine dans une trentaine d’établissements médico-sociaux. Nous proposons des examens bucco-dentaires à distance. Et nous allons lancer l’envoi de sms à 12 000 personnes identifiées comme en début de dépendance, toujours à domicile, mais aussi à des aidants non professionnels de personnes en situation de handicap. Nous allons aussi travailler avec des personnes en grande précarité ».

Lundi 13 septembre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Union internationale des télécommunications (UIT) ont organisé un webinaire de lancement du handbook sur le programme mOral Health.

QUATRE MODULES AU PROGRAMME 

  • mOral Health literacy : pour augmenter le niveau de connaissances minimales de la population sur des thématiques précises en utilisant le SMS ou des notifications sur les réseaux sociaux, ou encore des applications.
  • moral Health training : utiliser le numérique pour diffuser du savoir et augmenter les connaissances des professionnels de santé, des infirmières de brousse aux médecins généralistes ou aux infirmières de campagne.
  • un module pour utiliser le numérique afin de faire de l’identification précoce ou du diagnostic. « En France cela s’appelle télémédecine et c’est encadré », précise le Dr Giraudeau. Le but est notamment d’identifier les cancers oraux ou le noma, une maladie infantile très négligée mais facile à traiter avec un bain de bouche et des antibiotiques.
  • télésurveillance : comment le numérique peut permettre de recueillir des informations pour améliorer les politiques de santé, l’accès aux soins (accès aux dentistes, au dentifrice et aux brosses à dents).

Anne-Gaëlle Moulun

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici