Titre de l'image

30/03/2021

NOUVEAUX CONCEPTS EN ENDODONTIE 

Dans CLINIC en avril : Des nouveaux concepts de mise en forme novateurs, pour lesquels la notion de conicité de préparation n’est plus centrale, s’attachent à respecter le principe de préservation tissulaire tout en permettant un nettoyage efficace et une obturation étanche du réseau endodontique. Tout est dans l’article de Lola Marchand et Fleur Berès.

La mise en forme, ou aménagement du réseau canalaire, doit permettre un nettoyage efficace (débridement et décontamination) et une obturation étanche, clés du succès en endodontie. Il y a peu, on considérait encore que ces clés étaient dépendantes de la conicité de préparation du canal. L’avènement de la dentisterie a minima nous a cependant poussé à nous questionner sur les destructions corono-radiculaires engendrées par la mise en forme. Des concepts de mise en forme novateurs – pour lesquels la notion de conicité de préparation n’est plus centrale – ont vu le jour. Ils s’attachent à respecter le principe de préservation tissulaire, tout en permettant ce nettoyage efficace et cette obturation étanche du réseau endodontique. Lola Marchand et Fleur Berès décrivent ces différents concepts et présente quelques moyens de mise en forme qui en découlent.

Approchons-nous de la fin de la mise en forme par conicité constante ou, même, du passage d’un instrument dans un canal ?

Les  moyens qui s’en éloignent vraiment, décrits dans l’article, semblent encore peu accessibles et difficiles à mettre en œuvre au cabinet. Cependant, la démarche intellectuelle est lancée et, même s’il faut attendre d’autres études pour valider définitivement cette conduite du traitement endodontique, ces nouveaux concepts de mise en forme et d’obturation ouvrent le champ des possibles en termes de préservation tissulaire et d’endodontie a minima.

Lire l'article 

ANATOMIES CANALAIRES COMPLEXES : 2 CAS CLINIQUES

Les variations anatomiques de l’endodonte engendrent fréquemment des échecs de traitement : l’oubli d’un canal « caché » (12 % des dents traitées), qui ne sera pas désinfecté, peut devenir la cause potentielle d’une infection persistante (risque d’apparition d’une parodontite apicale 6,25 fois plus élevé).

Ce propos est illustré par deux cas de retraitements endodontiques sur dents présentant des variations anatomiques après que un ou plusieurs canaux n’ont pas été traités.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici