Clinic n° 07 du 01/07/2015

 

PROTHÈSE COMPLÈTE

Alexandre Itic*   Adeline Braud**   Stéphane Escure***   Marie-Violaine Berteretche****  


*Assistant hospitalo-universitaire
**Université Paris Diderot-Paris 7
Pôle odontologie, hôpital Rothschild
5, rue Santerre
75012 Paris
***Maître de conférences des Universités,
praticien hospitalier
****Université Paris Diderot-Paris 7
Pôle odontologie, hôpital Rothschild
5, rue Santerre
75012 Paris
*****Maître de conférences des Universités,
praticien hospitalier
******Université Paris Diderot-Paris 7
Pôle odontologie, hôpital Rothschild
5, rue Santerre
75012 Paris
*******Professeur des Universités,
praticien hospitalier
********Université Paris Diderot-Paris 7
Pôle odontologie, hôpital Rothschild
5, rue Santerre
75012 Paris

Si l’essor de l’implantologie a réduit le champ d’application de la prothèse adjointe, il ne permet pas de traiter l’ensemble des situations cliniques auxquelles le chirurgien-dentiste peut être confronté. La prothèse adjointe conserve ainsi de nombreuses indications mais, dès l’examen clinique initial, certaines particularités anatomiques peuvent compromettre le succès du traitement si elles ne sont pas dépistées.

En prothèse complète, comme dans toute restauration prothétique, l’examen clinique occupe une place déterminante dans la conduite du traitement ainsi que, indirectement, dans le succès et la pérennité de la restauration prothétique. L’objectif de cet article est de mettre en évidence les éléments défavorables à la réussite de la thérapeutique, facteurs qui, eux-mêmes, vont influer sur la conduite des différentes étapes de la réalisation prothétique.

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr