Clinic n° 11 du 01/12/2014

 

Prothèse

Leila TOUFIKI*   Amal ELYAMANI**  


*Professeur assistant
en prothèse conjointe
**Professeur d’enseignement supérieur
et chef de service de prothèse
conjointe
***Faculté de médecine dentaire
avenue Allal-Al-Fassi
rue Mohamed-Jazouli
campus universitaire Al Irfane
BP 6212 Rabat, Maroc

Le chirurgien-dentiste est amené à réaliser quotidiennement des actes prothétiques dont la complexité nécessite plusieurs séances au fauteuil et de multiples échanges entre le cabinet dentaire et le laboratoire de prothèses, ce qui augmente le risque de contamination.

Cependant, le contrôle de la contamination en pratique prothétique est rarement décrit et est souvent négligé, et ce pour différentes raisons : la méconnaissance du risque, la crainte que la désinfection interfère avec les propriétés physiques des matériaux et nuise à la qualité du travail du praticien et, surtout, l’inexistence d’un consensus au sein de la profession.

Quels sont les risques de contamination encourus lors des actes prothétiques et lors des échanges entre le cabinet et le laboratoire. De quels moyens disposent le praticien pour les contrôler ?

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr