Clinic n° 02 du 01/02/2021

Prothèse

Implantaire

Francesco Guido MANGANO*   Oleg ADMAKIN**   Matteo BONACINA***   Henriette LERNER****   Vygandas RUTKUNAS*****   Carlo MANGANO******  


*Dpt of Prevention and Communal Dentistry, Sechenov First State Medical University, Moscow, Russia.
**Ars and Technology, Sotto il Monte Giovanni XXIII, Bergamo, Italy.
***Academic Teaching and Research Institution of Johann Wolfgang Goethe University, Frankfurt am Main, Germany.
****Department of Prosthodontics, Institute of Odontology, Vilnius University, Lithuania.
*****Department of Dental Sciences, Vita and Salute University San Raffaele, Italy.

Les scanners intra-oraux (SIO) changent le monde de la prothèse implantaire [1, 2]. Les SIO utilisent une lumière structurée et/ou un laser pour capturer des images séquentielles des arcades dentaires du patient, permettant une reconstruction tridimensionnelle (3D) de leur surface à l’aide d’un logiciel de reconstruction performant. Ces applications logicielles génèrent des nuages de...


Résumé

Introduction : La littérature n’a pas encore validé l’utilisation de scanners intra-oraux (SIO) pour l’empreinte implantaire de l’arcade complète (AC). Par conséquent, le but de cette étude in vitro était d’évaluer et de comparer la justesse de 12 SIO différents pour l’empreinte implantaire AC.

Matériel et méthodes : Un modèle en plâtre d’un maxillaire totalement édenté avec 6 analogues d’implant et scanbodies (SB) a été numérisé avec un scanner de bureau (Freedom UHD®), pour obtenir un modèle de référence (MR), et avec 12 SIO (Itero Elements 5D® ; Primescan® et Omnicam® ; CS 3700® et CS 3600® ; Trios 3®; i-500® ; Emerald S® et Emerald® ; Virtuo Vivo® et Dwio® ; Runeyes Quickscan®). Dix numérisations ont été réalisées avec chaque SIO et chacune a été comparée au MR afin d’évaluer leur justesse. Une méthode mesh/mesh et une méthode nurbs/nurbs ont été utilisées pour évaluer la justesse globale des numérisations. Les distances linéaires et croisées entre les SB ont été utilisées pour évaluer la justesse locale des numérisations. L’analyse a été réalisée à l’aide d’un logiciel de métrologie (Studio®, Geomagics ; Magics®, Materialise). Une analyse statistique a été réalisée.

Résultats : Avec la méthode mesh/mesh, les meilleurs résultats ont été obtenus par CS 3700® (erreur moyenne 30,4 µm) suivi par iTero Elements 5D® (31,4 µm), i-500® (32,2 µm), Trios 3® (36,4 µm), CS 3600® (36,5 µm), Primescan® (38,4 µm), Virtuo Vivo® (43,8 µm), Runeyes® (44,4 µm), Emerald S® (52,9 µm), Emerald® (76,1 µm), Omnicam® (79,6 µm) et Dwio® (98,4 µm). Avec la méthode nurbs/nurbs, les meilleurs résultats ont été obtenus par Itero Elements 5D® (erreur moyenne 16,1 µm), suivi par Primescan® (19,3 µm), Trios 3® (20,2 µm), i-500® (20,8 µm), CS 3700® (21,9 µm), CS 3600® (24,4 µm), Virtuo Vivo® (32,0 µm), Runeyes® (33,9 µm), Emerald S® (36,8 µm), Omnicam® (47,0 µm), Emerald® (51,9 µm) et Dwio® (69,9 µm). On trouve des différences statistiquement significatives entre les SIO. Les distances linéaires et croisées entre les SB (évaluation de la justesse locale) ont confirmé les données issues de l’évaluation de la justesse globale.

Conclusion : Différents niveaux de justesse ont été retrouvés parmi les SIO évalués dans cette étude. D’autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...