Les cahiers de prothèse n° 136 du 01/12/2006

synthèses

Éric Robbiani  

Pourquoi ?

Les taux de succès au maxillaire sont plus faibles que ceux observés à la mandibule. Les échecs semblent survenir chez certains patients et ne pas être distribués équitablement. Ainsi, ces patients présenteraient des caractéristiques différentes qui expliqueraient ces échecs plus fréquents. De nombreuses études ont mis en avant certains facteurs (faible qualité osseuse, résorption marquée, implants courts, tabac...).

Le but de cette étude est de...



Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 01 84 18 10 56 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...