Les cahiers de prothèse n° 175 du 01/09/2016

Laboratoire de prothèses

J.-M. Moal - G. Duminil  

Actuellement, la prothèse implantaire occupant tout ou partie des arcades dentaires se développe rapidement. La pérennité de ces restaurations dépend de plusieurs facteurs mécaniques et biologiques :

– ostéo-intégration ;

– adaptation des composants prothétiques ;

– occlusion ;

– entretien correct par le patient.

Une fois l'ostéo-intégration obtenue et testée, la phase prothétique d'usage peut commencer. Lors de cette...


Résumé

Résumé

La prothèse implanto-portée requiert une méthode rigoureuse tout au long des étapes de son élaboration. Parmi celles-ci, le contrôle de l'adaptation passive de l'armature au laboratoire est décisif pour la poursuite des phases cliniques. Quelle que soit la technique employée pour la fabrication de l'armature, l'article décrit une méthode simple et fiable de contrôle pour laquelle aucun matériel de métrologie n'est nécessaire. Dans un premier temps, le contrôle est réalisé au niveau de chaque appui, puis l'adaptation est testée de manière globale. Un serrage identique des vis au cours des deux étapes atteste qu'aucune contrainte n'existe, montrant une adaptation passive de l'armature. Toute armature ne répondant pas à ce critère est à rejeter car sa mise en bouche pourrait entraîner des tensions sur les implants et des risques vis-à-vis de la pérennité de la prothèse.



Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...