Bordeaux : un nouveau service d’urgences bucco-dentaires de nuit 
 
Titre de l'image

23/09/2022

Bordeaux : un nouveau service d’urgences bucco-dentaires de nuit 

Ouvert en mai, le service des urgences bucco-dentaires de nuit du CHU de Bordeaux avait déjà accueilli 921 patients début juillet. Le Dr Johan SAMOT, chef de l’unité, explique à CLINIC le fonctionnement de ce service de l’hôpital Saint-André qui prend spécifiquement en charge 4 types d'urgences.

Suite à la fermeture du service d’urgences bucco-dentaires de l’hôpital d’instruction des armées Robert Picqué fin 2019, l’Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine a demandé au CHU de Bordeaux de reprendre cette activité. C’est ainsi que le nouveau service d’urgences bucco-dentaires de nuit a ouvert le 2 mai 2022, au rez-de-chaussée de l’hôpital Saint-André, à côté du service d’urgences médicales. « Nous partageons d’ailleurs la même infirmière organisatrice d’accueil », précise le Dr Johan SAMOT, chef de l’unité d’urgences bucco-dentaires.

Ce nouveau service fait appel à des étudiants de 6e année qui sont en charge des gardes. « La nouveauté par rapport au service de Robert Picqué, c’est que des internes sont également impliqués. Il y a 45 binômes en tout. », détaille le Dr SAMOT.

QUATRE TYPES D’URGENCES PRIS EN CHARGE

Les patients sont reçus pour quatre types d’urgences : les traumatismes récents, les hémorragies buccales (par exemple des suites d’extraction), les accidents infectieux (abcès) et les douleurs dentaires qui ne cèdent pas aux antalgiques. Les urgences de nuit sont ouvertes de 19 h à 7 h du matin.

« Quand le patient arrive, l’infirmière lui donne une fiche à remplir. Le patient indique le motif d’accueil. Pour ceux qui sont dans les quatre cas d’urgences prévus, il y a une priorisation faite par les étudiants en fonction de l’urgence de la situation. » explique le Dr SAMOT.

Entre mai et début juillet, 921 patients ont déjà été reçus, dont environ 18 % de patients mineurs. « Les deux causes majeures de consultation sont les traumatismes et les accidents douloureux ».

Pour lui, « c’est un service qui était attendu ». Le conseil de l’Ordre s’en est fait le relais auprès des cabinets libéraux. Une régulation par le 15 se fait les dimanches et jours fériés. Le reste du temps, les patients se présentent directement au service d’urgences.

Anne-Gaëlle Moulun

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info
Je m'inscris

Pour visualisez la lettre d'info Cliquez ici