Clinic n° 10 du 01/11/2010

ENQUÊTE

Anne-Chantal de Divonne  

Grâce à différents médicaments, aux anesthésies locales, voire même générales dans les cas extrêmes, et à la sédation, le chirurgien-dentiste est efficace dans la prise en charge de la douleur aiguë, qu’elle soit liée aux soins ou à un défaut de soins. Il est en revanche moins sensibilisé aux douleurs chroniques dont les mécanismes sont beaucoup plus complexes à appréhender. Trois chirurgiens-dentistes qui exercent en milieu hospitalier évoquent, pour Clinic, leur expérience de la prise en charge de douleurs chroniques.



Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...