Les cahiers de prothèse n° 174 du 01/06/2016

Plans de traitement

F. Destruhaut / E. Toulouse / R. Esclassan / A. Hennequin / P. Pomar  

Historiquement, des chirurgiens-dentistes célèbres ont indéniablement contribué à l'essor de la prothèse faciale comme Pierre Fauchard (XVIIIe siècle) ou Claude Martin (XIXe siècle) ; il ne faut pas non plus oublier que durant la Première Guerre mondiale, des chirurgiens-dentistes et des prothésistes dentaires ont su mobiliser leurs savoirs prothétiques afin de réparer les dégâts physiques des soldats mutilés de la face communément appelés les...


Résumé

Résumé

Discipline qui prend en charge de façon non chirurgicale la reconstruction des pertes de substance du massif facial, la prothèse maxillo-faciale se révèle comme une branche des disciplines odonto-stomatologiques par sa spécificité prothétique. Caractérisée non seulement par l'aspect impressionnant des cas traités qui frappent indéniablement les consciences, mais aussi par son attache historique remontant à la plus haute Antiquité, la prothèse maxillo-faciale, qu'elle soit endo-orale ou extra-orale, relève pleinement de la compétence des chirurgiens-dentistes.

Cet article présente la gestion d'un cas de restauration prothétique maxillo-faciale à la suite d'une chirurgie d'exérèse carcinologique intéressant la région orbitaire et les tissus attenants. L'épithèse oculo-palpébrale a été réalisée après cicatrisation et stabilisation des tissus cutanés. L'objectif de cet article est de montrer que la réflexion de la démarche prothétique et les méthodes utilisées en prothèse faciale sont très proches de l'exercice habituel en prothèse odontologique.



Cette page est réservée aux membres du site

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?


Se créer un compte


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...