(Publicité)
 
CFAO

12/07/2018

Dentisterie numérique

Un moteur du marché dentaire en 2017

La dentisterie numérique a été un moteur de la croissance du marché dentaire en 2017. Les ventes de produits de nouvelles technologies (imagerie 3D, CFAO, caméra intra-buccales…) ont progressé de 6 % l’an dernier sur le marché français.

Mais ce rythme soutenu n’a pas empêché une augmentation de 4 % des ventes de matériel conventionnel (fauteuil, unit…). Cette concomitance du dynamisme des ventes de ces deux types de matériels n’a toujours pas eu lieu. Parallèlement au succès des ventes de la RVG lors de son lancement, le Comident avait observé une chute des ventes de matériels classiques. Les données pour 2017 « montrent que les praticiens renouvellent leur matériel classique tout en investissant de manière soutenue dans la dentisterie numérique », se félicite Henri Rochet, président du Comident, qui affiche plus généralement sa satisfaction pour la « belle croissance » des ventes de l’année écoulée. Le marché dentaire français a en effet progressé de 3 % à comparer avec les 1,5 % à 2 % du marché dentaire mondial.
Le marché des consommables s’est bien tenu avec une progression de 2 % qui confirme un « remplissage très correcte » des cabinets, analyse Henri Rochet.

Cap sur la zircone

Un autre fait marquant en 2017 a été l’augmentation significative de la demande pour la zircone comparativement aux couronnes céramo-métalliques et tout céramiques. « La zircone est une solution très proposée par les chirurgiens-dentistes et les laboratoires comme substitut à la céramo-métallique conventionnelle. Le tout céramique est aussi remplacé, mais dans une moindre mesure, car son coté esthétique reste nettement supérieur à la zircone », explique Henri Rochet.
Quant à l’activité d’implantologie, elle reste toujours soutenue. Le composant prothétique et l’instrument de pose d’implant progressent de 3 %.
C’est donc « une bonne année pour les entreprises du Comident mais aussi pour les chirurgiens-dentistes. Quand nos clients vont bien, nous allons bien. Nous sommes impactés comme eux, » aime à rappeler Henri Rochet.

Quel sera l’impact de la nouvelle convention ?

Pour l’heure, l’importance de l’afflux de nouveaux patients attirés dans les cabinets par le panier RAC 0 en 2020, de même que l’état de leur bouche, est impossible à prévoir. Mais le Comident estime nécessaire une évolution de l’équipe dentaire. « Nous pensons que la nouvelle convention est une étape, une première base de travail. En fonction de ces nouvelles populations, il faudra trouver les moyens de dégager du « temps dentiste ». C’est la raison pour laquelle nous sommes très favorables à la délégation de tâche réalisée de manière très encadrée. Je sais que la création d’un corps d’hygiéniste n’est pas une idée qui plait aux chirurgiens-dentistes français, mais ce serait une aide aux soins de ces personnes. On sent un léger changement dans l’esprit des chirurgiens-dentistes sur le sujet. »

Anne-Chantal de Divonne

Les dernières réactions

  • 14/07/2018 à 23:59
    Sourire
    alerter
    La création d’un corps d’hygiéniste est souhaité depuis pas mal de temps, maintenant indispensable; cette activité a prouvé son efficacité dans de nombreux pays européens.
    Pour ce qui concerne l' implantologie: que d' abus!!, mais la rentabilité séduit!!.

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...