(Publicité)
 
Carte de France des CCDeLi

Carte de France des CCDeLi

09/06/2017

Fermetures de cabinets et manifestations devant les CPAM

Les CCDeLi se mobilisent

Une douzaine de cellules de coordination de dentistes libéraux (CCDeLi) appelle à la fermeture des cabinets dentaires du 12 au 17 juin prochain. Des manifestations sont par ailleurs prévues le 13 juin devant les CPAM d’une quinzaine de départements.

Les CCDeLi ont choisi l’entre-deux-tours des élections législatives pour lancer ces deux actions afin de manifester l’opposition de la profession au règlement arbitral. « Notre objectif est de faire en sorte que la santé bucco-dentaire fasse un peu partie du débat pendant les élections », espère Anne-Sophie Hodebert, membre de la cellule d’Ille-et-Vilaine où 8 cabinets sur 10 devraient rester fermés.

Les autres départements qui rejoignent cette opération sont l’Ain, l’Ariège, le Calvados, la Charente-Maritime, les Côtes-d’Armor, le Finistère, la Gironde, la Mayenne, le Morbihan, le Nord-Pas-de-Calais et les Yvelines. Des manifestations sont prévues en Ardèche, dans l’Aube, l’Eure, l’Indre et Loire, le Maine-et-Loire, la Marne, les Pyrénées Atlantiques, le Rhône, la Sarthe, la Savoie, les Deux-Sèvres, la Vienne, les Vosges, le Territoire de Belfort, et à La Réunion.

Ces dernières semaines, plusieurs CCDeLi se sont aussi mobilisées pour faire connaître les revendications de la profession. « En Bretagne, nous avons rencontré nos maires et quasiment tous les favoris des législatives », indique la praticienne. « L’information est intéressante à partager. On s’aperçoit que les candidats ont les mêmes préjugés que les patients. Mais quand on leur explique bien la situation, ils sont assez déroutés. Le fait que nous n’ayons jamais été reçus par la ministre, et la façon dont les négociations ont eu lieu les surprend énormément. Cela les amène à soutenir notre démarche et à vouloir au moins la reprise des négociations et un nouvel arbitrage. Évidemment ce sont des promesses électorales », concède Anne-Sophie Hodebert.

Un réseau a-syndical

La première CCDeLi est née en Ille-et-Vilaine pour relayer le mouvement de grève mené pendant plus de deux mois par les étudiants dans les centres de soins. Deux mois après ce lancement, les cellules ont essaimé progressivement dans plus de 60 départements. La dernière a été créée il y a quelques jours dans le Vaucluse. Et aujourd’hui, quelque 13 000 chirurgiens-dentistes ont été mis en réseau grâce aux CCDeLi à travers toute la France.
Le fondement « a-syndical » à l’origine du mouvement est resté intact, assure Anne-Sophie Hodebert pour couper court à des rumeurs. « Un syndicat a décidé au départ de nous soutenir et cela a été interprété comme une mainmise. Il n’en est rien. Parmi les confrères impliqués dans les CCDeLi, certains appartiennent à l’un ou l’autre des trois syndicats, d’autres à aucun syndicat. » Le mouvement a mis en ligne les témoignages de responsables de CCDeLi qui affirment avoir trouvé un lieu permettant de dépasser les appartenances syndicales.

Anne-Chantal de Divonne

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous


(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...