Rembourser entièrement les prothèses dentaires

Promesse de campagne de FIllon, Macron et Dupont-Aignan

22/02/2017

Trois candidats veulent annuler le reste à charge sur les prothèses

Campagne présidentielle

Invités à présenter leur programme pour la santé lors d’un rendez-vous organisé le mardi 21 février par la Mutualité française, trois candidats à l’élection présidentielle se sont prononcés pour une annulation du reste à charge pour les prothèses dentaires, l’optique et les audioprothèses.

Ouvrant les présentations, Emmanuel Macron veut parvenir à un reste à charge nul, sans augmentation des cotisations des complémentaires, en actionnant trois leviers :

  • la concertation avec les professionnels, afin de mieux valoriser et prendre en charge les soins mal couverts et les actes de prévention ;
  • mettre davantage de concurrence entre les mutuelles et les assurances par des contrats types. Les complémentaires devront proposer trois contrats types qui ne seront pas imposés mais qui permettront les comparaisons. « C’est un élément de transparence important », a affirmé le candidat ;
  • enfin, une plus grande transparence sur le coût réel de la prothèse et une plus grande concurrence, à la fois pour les prothésistes et les professionnels de santé.

Nicolas Dupont-Aignan a aussi plaidé pour un remboursement à 100 % sans cependant donner de détails sur sa méthode.

François Fillon, désormais convaincu que l’assurance maladie ne doit pas se « désengager des soins courants », veut arriver à un reste à charge qui soit « le plus proche possible » de zéro à la fin du quinquennat « grâce à un nouveau partenariat entre la sécurité sociale et les organismes complémentaires ». Pour ce faire, il prévoit de créer une agence associant l’État, les caisses d’assurance maladie, les complémentaires et les professions de santé. Cette agence ne doit « pas être un instrument de pilotage par l’État mais de gouvernement collégial » du système de santé. Elle doit préparer des accords sur le partage des remboursements entre l’assurance maladie « qui doit rester le pilier » du système de santé, et les complémentaires. Grâce à cette coordination et au « contrôle du coût des prestations » en optique et en prothèse notamment, l’objectif devrait être atteint. « Il faut trouver le bon équilibre entre la qualité, le coût de la prestation qui doit être raisonnable » et « le plus proche possible » d’un reste à charge nul, a conclu François Fillon.

La CNSD rappelle la nécessité d’un investissement dans le dentaire

« Il ne sert à rien de rembourser la prothèse à 100 % s’il n’y a pas de véritable incitation aux soins précoces. Tout ça ne pourra se faire sans investissements. Les politiques devraient l’entendre et ne pas mentir aux Français en leur vendant des prises en charge à 100 % » a rapidement réagi la CNSD en rappelant qu’en dentaire, le reste à charge représente 2,4 milliards d’euros.

« Qui le paiera ? », interroge le syndicat.

Anne-Chantal de Divonne

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...