(Publicité)
 
dossiers web

07/11/2018

Dossier médical partagé

Enfin le vrai démarrage ?

Le dossier médical partagé (DMP) est désormais disponible pour tous et peut être ouvert sur le site dmp.fr. « Maintes fois annoncé, maintes fois repoussé, il doit devenir demain une évidence pour tous les français, comme l’est la carte vitale », a annoncé le 6 novembre Agnès Buzyn, ministre de la Santé aux côté d’Eric Revel, directeur de l’Assurance maladie, à qui la loi a confié la gestion du DMP il y a 3 ans. L’objectif est d’ouvrir 40 millions de DMP d’ici 4 ans.

Réaliser des économies comme cela était le but lors de son lancement en 2004 par Philippe Douste Blazy, n’est plus l’objectif du DMP. La vocation de ce dossier est de « favoriser le décloisonnement du système de santé », « d’améliorer la qualité des soins » et « répondre à une demande de responsabilisation des patients », a détaillé la ministre de la Santé. Pour s’assurer que cette relance du DMP sera cette fois-ci bien effective, le directeur de l’Assurance maladie a simplifié la procédure d’ouverture. Chaque assuré peut créer son propre DMP en ligne chez soi, dans les CPAM, ou en s’appuyant sur des professionnels de santé. En 2016, il y avait 500 000 DMP. La phase expérimentale menée depuis 3 ans dans 18 départements a permis l’ouverture de 1,8 million de dossiers. Et l’objectif est d’atteindre 40 millions en 2022.

Encore faut-il que ces dossiers soient intéressants à consulter. La moitié des 500 000 dossiers existants en 2016 étaient vides ! Aussi la relance du DMP passe par son enrichissement. Deux années d’historique médical automatiquement versés par l’Assurance maladie constituent un socle d’informations à l’ouverture de chaque dossier. Ensuite, c’est aux établissements de santé et aux professionnels de l’alimenter. Les titulaires peuvent aussi scanner des documents et les insérer.

Enfin, le DMP peut être « facilement consulté » par l’assuré avec une application smartphone mais aussi par les professionnels de santé autorisés avec leur carte professionnelle CPS. Un grand travail a été effectué par les éditeurs pour que les logiciels métiers utilisés quotidiennement par les professionnels de santé permettent de consulter et d’alimenter simplement le DMP. Aujourd’hui, 69 % des logiciels utilisés par les médecins libéraux sont « DMP compatibles ». Le contenu du DMP sera enrichi progressivement avec notamment au printemps prochain l’ajout d’un espace réservé aux directives anticipées.

Accès sécurisé

Les informations santé sont « hautement » protégées, indique l’Assurance maladie. L’accès requiert pour les patients la saisie d’un identifiant, d’un mot de passe personnalisable et d’un code d’accès à usage unique. Le patient garde le contrôle de son DMP : il choisit les professionnels de santé à qui il donne l’accès et peut masquer une information médicale. Cette information reste néanmoins disponible pour l’auteur du document et le médecin traitant. Le patient est informé de chaque intervention sur le dossier ou quand un professionnel de santé se connecte pour la première fois. Les soignants, en fonction de leur profession et de leur spécialité, ont accès aux seules informations qui leurs sont utiles, en fonction de leurs compétences. Seuls le patient et les professionnels de santé autorisés peuvent accéder au DMP. Aucun autre acteur, y compris l’Assurance maladie n’y a accès. Une vaste campagne d’information grand publique est lancée à partir du 9 novembre.

Anne-Chantal de Divonne

Réagir à l'actualité

Pseudo :

Suivez-nous

(Publicité)


La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Et la newsletter de la revue Clinic
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...