Titre de l'image

07/07/2021

DOSSIER CLINIC : PRENDRE EN CHARGE LES DTM

Traiter les dysfonctions avec un succès relatif, même minime, dans les limites d’actes réalisables au quotidien, est un défi que chacun peut relever. Roger Joerger et Mickael Cotelle coordonne ce dossier.

La prise en charge des dysfonctions temporo-mandibulaires relève principalement de la compétence de l’occlusodontiste, mais aussi de l’omnipraticien quand elles n’ont pas une origine traumatique ou systémique. Il est important d’établir un diagnostic précis avant de mettre en œuvre un projet thérapeutique et cela suppose de suivre un protocole opératoire simple, efficace et si possible rapide.

L’anamnèse peut parfois mener très rapidement au diagnostic, en cas de « blocage de la mâchoire » par exemple. Mais la situation nécessite généralement un examen clinique complet exo et intra-buccal ainsi qu’occlusal.

En cas de nécessité, l’IRM fera partie des examens complémentaires pouvant confirmer une piste de diagnostic et permettre au praticien de proposer un plan de traitement mais aussi, idéalement, un pronostic.

7-3-2_HORVILLER_fig03.jpg

Le recours à une instrumentation comme l’axiographe présente l’avantage de recueillir des données objectives (chiffres, tracés, mesures) susceptibles d’être comparées par la suite avec de nouvelles données qui matérialiseraient le résultat thérapeutique obtenu.

7-3-1_Fig01.jpg

Une revue des méthodes préconisées et utilisées quotidiennement par de nombreux praticiens est proposée dans les articles de ce dossier, permettant de clarifier les objectifs de chacune et de savoir lesquelles auront la capacité d’agir sur le disque articulaire, de réduire les tensions musculaires, de favoriser la mobilité mandibulaire et d’atténuer la douleur.

Les thérapies dites non occlusales (réassurance, physiothérapie, pharmacothérapie) permettent d’intégrer le patient au traitement : il devient acteur plutôt que simple spectateur.

L’orthèse occlusale, plus communément appelée gouttière occlusale, présente également des indications, à condition d’avoir préalablement établi un diagnostic, de clairement fixer les objectifs et de respecter plusieurs critères de base.

7-5_Figure5.JPG

Lorsque l’objectif est d’assurer une bonne qualité du cycle masticatoire ou une coaptation du disque articulaire sur son condyle, le praticien peut avoir recours à une « nouveauté » du siècle dernier (1994) préconisée par Lauret et Le Gall, qui fait merveille : le composite-up.

7-6_Dia13.jpg

Enfin, pour rappel, les règles de l’Evidence Based Medicine (EBM) encouragent la démonstration, trop rare dans le domaine des dysfonctions. Ainsi, l’enregistrement vidéo peut avoir valeur de preuve au même titre qu’un tracé, une mesure, une photo, avant et après.

Découvrir le dossier dans CLINIC

La mastication en vidéo 

Le composite-up en vidéo 

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Suivez-nous



La lettre d'info

Recevez la lettre d'info du
chirurgien-dentiste

Pour visualisez la lettre d'info cliquez ici