<p><b>CONTRIBUTION DES IMPLANTS</b> AU TRAITEMENT PAR PAP</p> - Clinic n° 07 du 01/07/2022
 

Clinic n° 07 du 01/07/2022

 

Dossier

Jean-Marie CHEYLAN  

MCU-PH, Université Paris Cité. Hôpital Bretonneau, AP-HP, Paris. Exercice libéral, Paris.

La prothèse amovible partielle (PAP) est une thérapeutique largement répandue et éprouvée pour le traitement des édentements. Peu invasive et d’un coût modéré, elle présente toutefois des inconvénients majeurs, tels que la visibilité d’éléments métalliques ou son amovibilité, qui la déconsidèrent aux yeux des patients. À cet égard, il est parfois judicieux d’associer un ou plusieurs implants supports d’attachements ou de couronnes à la PAP. Ils interviennent de façon stratégique lorsque des édentements latéraux ou postérieurs imposent un crochet sur une dent visible lors du sourire (canine ou prémolaire) ou en présence d’édentements en extension, asymétriques ou de grande étendue. L’implant vient au service de la PAP dont la conception tient compte de critères d’équilibre relatifs aux mouvements de translation et de rotation possibles des selles de la PAP.

Abonné, vous avez un compte ?




Mot de passe oublié ?

Abonné, vous n'avez pas de compte ?


Je crée un compte

Vous n'êtes pas abonné ?


Je m'abonne

Notre service client est à votre disposition au numéro : 0 805 297 222 ou bien directement par email : service-clients@editionscdp.fr